Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La protestation à l'ordre du jour ...

Depuis l'installation de Mr Ziari à la tête du secteur de la santé, le SNPSP (syndicat national des praticiens de santé publique) a été reçu:

Le 11 sept 2012 ; audience de prise de contact avec le nouveau ministre

Le 16 12 2012 ; réunion de conciliation considérant le fait qu'on était en période de préavis de grève  suite à notre conseil national tenu à Tlemcen le 06 12 2012 (en session ouverte depuis). Cette réunion n'ayant rien apporté au niveau de la prise en charge des revendications des praticiens de santé publique qui sont :

  • 1.       Amendements du statut particulier,
  • 2.       Application de l'art 19 pour le passage au grade de principal (ça concerne 4000 praticiens),
  • 3.       L'accès au grade de praticien en chef selon accord négocié,
  • 4.       Équivalence pour le diplôme de Docteur en médecine dentaire et de docteur en pharmacie,
  • 5.       Promulgation du régime indemnitaire général  avec effet d'application au 1er janvier 2008,
  • 6.       Inscription au tableau de l’ordre et problème des arriérés de cotisations,
  • 7.       Règlement des cas d'entrave à l'activité syndicale

Un PV de non conciliation avait été signé alors et le SNPSP a observé une 01 journée de grève nationale le 18 12 2012.

Le 31 décembre 2012, l'intersyndicale de la santé (dont le SNPSP est membre) est reçu à sa demande  au niveau du 1er ministère à fin de dénoncer le fait que les principales revendications des professionnels de la santé attendent prise en charge et que cela dépendrait du « feu vert » du 1er ministre.

Le 07 février 2013, le conseil national est convoqué pour évaluer la situation et synthétiser les avis et recommandations des assemblées générales convoquées à travers le territoire national.

Le conseil national, sur la base des Pvs des assemblées générales,  a voté à l'unanimité la décision de reprendre la protestation (grève, sit in, ...) et le bureau national a été mandaté pour arrêter la date et les modalités éventuellement en intersyndicale des professionnels de la santé.

 Le 12 février 2013, l'intersyndicale de la santé est reçu par Ziari et là le ministre nous fait lecture de la correspondance signée par le 1er ministre Sellal dans la quelle, il est clairement instruit de prendre en charge les différentes revendications de l'intersyndicale dont l'amendement des statuts. Ceci étant, Mr le Ministre de la santé s’est engagé pour la prise en charge du dossier.

Le 14 mars 2013, càd  un mois après, le ministère (suite à notre insistance) convie le SNPSP à une réunion de travail qui, contre toute attente, n’a rien apporté sinon de confirmer une situation de statuquo. Puisqu’aucune démarche n’a été entreprise vers la direction générale de la fonction publique pour l’entame des discussions sur le projet d’amendement du statut particulier remis officiellement par le ministère de la santé le mois d’avril 2011.

Le même constat est établi pour les autres points, les propositions relatives au régime indemnitaire transversal sont toujours en gestation et l’effet retro actif (janvier 2008) est tout  simplement rejeté par les services des finances selon les représentants du ministère de la santé.

Cet état de fait a été fermement dénoncé par les représentants du SNPSP qui considèrent que les revendications des praticiens ne sont pas au centre des préoccupations du ministère de tutelle.

Les représentants du MSPRH qui ont tenu à assurer du suivi et de la prise en charge de la plate forme des revendications des praticiens de santé publique,  se sont engagés à revenir vers le partenaire social dès qu’il y a du nouveau dans le traitement des différents dossiers.

En attendant de voir les choses évoluer plus favorablement et concrètement sur le chemin de la prise en charge, le SNPSP rappelle à ses adhérents l’échéance de la fin du mois de mars 2013 pour mettre en application les résolutions du conseil national d'Alger et reprendre résolument le chemin de la protestation. 

| Lien permanent | |  Imprimer |