Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur la presse

4_200_150.jpgLe Snapo (Syndicat national des pharmaciens d’officine) certifie, de son côté, que les ruptures de stocks touchent 230 médicaments, dont 170 sont essentiels. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière réagit promptement à cette sortie médiatique, en criant haut et fort qu’il n’existe pas d’affaire appelée “pénurie de produits hospitaliers”.

http://www.liberte-algerie.com/dossiers/penurie-de-medica...


Le ministre de la Santé, qui dit que la pénurie de médicaments n'existe pas, vous accuse d'instrumentaliser cette affaire pour faire aboutir vos revendications socioprofessionnelles. Qu'en pensez-vous ?

Nous préférons être accusés de cette manière par Monsieur le Ministre que d’être complices d’une “situation de non-assistance”, qui s’est installée dans la chronicité et qui entretient la relation médecin-malade dans le conflit. Avant cela, le SNPSP avait soulevé le problème des pénuries de vaccins, et le ministère a également démenti avant de revenir dessus et reconnaître des mois après qu’il y a problème et de décider de mettre fin aux fonctions du directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) entre autres mesures prises pour corriger une situation qui, au départ, n’existait pas.

http://www.liberte-algerie.com/dossiers/la-situation-est-...

| Lien permanent | |  Imprimer |