Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mensonge, manipulation et compromission

                                              Des indiscrétions du coté du MSPRH font état des allées et venues de certains djamel-ould-abbes-ministre-300x216.jpg"représentants de syndicats tolérés" au niveau du "palais ministériel". Certains ont été encore une fois convoqués par le maitre des lieux pour reproduire les éternnelles promesses de régler les problèmes des praticiens.

A lire également sur la presse;

وندد بذلك مرابط بتصرفات الوزير الذي "لا يعتمد النقابات كشريك اجتماعي، رغم أن القانون ينص أنه في حالات كهذه يجب عقد اجتماعات للصلح والنظر في مطالبهم"، قائلا "إن الأخطر في القضية أن ولد عباس يتهم النقابة بأنها تمارس السياسة لتحقيق  مصالح أطراف خارجية"

وأوضح مرابط أنه يتجنب الرد عليه بنفس الأسلوب "احتراما لسنه ومنصبه"، مكتفيا بالقول "إن كان الوزير يملك ملفا خاصا بهذه الاتهامات فما عليه إلا اللجوء إلى العدالة لأن تصريحات ولد عباس جد خطيرة

http://www.al-fadjr.com/ar/national/213646.html     

Le docteur Merabet, a rappelé que le rôle du médecin est «de fournir des soins et non pas sensibiliser les malades à aller voter. Les malades algériens ont besoin de soins de qualité, de médicaments et d’une prise en charge efficiente. La priorité du secteur, aujourd’hui, est de répondre aux revendications socioprofessionnelles du personnel médical dans le cadre d’un dialogue avec les partenaires sociaux». «Le ministre de la Santé doit revenir à l’essentiel et gérer correctement son secteur», a-t-il ajouté. Et de préciser que le secteur de la santé a toujours répondu présent lors d’évènements nationaux tels que les élections.

http://www.elwatan.com/actualite/le-chantage-de-djamel-ou...

 M. Djemame, secrétaire à l'organique de la section syndicale, a exprimé «les regrets des travailleurs à propos du long silence observé par les autorités à différents niveaux qui ont été destinataires de cette plateforme». Il précisera : «Ni le ministre, ni le bureau national du SAP et encore moins le wali ou le directeur de l'établissement n'ont daigné répondre à nos sollicitations. Nous avons saisi aussi la direction locale de la fonction publique en demandant son intervention pour essayer de trouver un terrain d'entente avec l'administration, mais ses responsables n'ont pas réagi».

http://www.letempsdz.com//content/view/74191/177/

| Lien permanent | |  Imprimer |