Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A lire

manif-palais-gouvernement-1762.JPGComme il fallait s’y attendre, les médecins généralistes et les praticiens spécialistes de la santé publique ont mis en exécution leur menace, brandie il y a plusieurs jours, recourant ainsi à une grève illimitée. Ce sont des centaines d’établissements de santé à travers le territoire national à être paralysés, hier, par le mouvement de contestation lancé par le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et celui du Syndicat national des praticiens spécialiste de la santé publique (SNPSSP). Les hôpitaux, les centres hospitaliers universitaires (CHU), les secteurs sanitaire, les centaines d’établissements publics de santé de proximité (EPSP),  les polycliniques et autres n’ont fonctionné hier qu’avec un service minimum et cela va durer jusqu’à une date indéterminée. Pour ce premier jour de débrayage, les syndicalistes du SNPSP et ceux du SNPSSP se disent satisfaits de ce mouvement de protestation et avancent le taux de suivi national qui varie entre 75% et 80%. Les syndicalistes précisent que le mouvement a été très fort dans les wilayas du Centre, de l’Est et certaines villes du Sud et moyen dans les wilayas de l’Ouest.

http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=156118&tit...

Les déclarations faites par le premier responsable du département de la Santé, Djamel Ould Abbès, n'ont donc pas pu altérer la détermination des médecins protestataires de la santé publique. « Les propos diffamatoires tenus par le ministre de la Santé ont boosté nos adhérents », affirme le Dr Merabet. Selon lui, une enquête sera exigée par l'intersyndicale après les accusations faites par Djamel Ould Abbès. « Il doit apporter des éclaircissements mais surtout des preuves si nous sommes liés à un parti politique ou financés par des organisations ou une quelconque ONG comme il l'a laissé entendre hier lors de son intervention », tonne notre interlocuteur. Et de poursuivre : « Nous interpellerons toutes les institutions et même le président de la République. Le ministre a appelé au lynchage des praticiens de la santé publique ».

http://www.tsa-algerie.com/politique/les-praticiens-et-sp...

Revenant sur les propos tenus par Ould Abbès, le Dr Merabet déplore que «le ministre de la Santé transpose un problème purement socio professionnel sur un terrain politique. C’est indigne». Le numéro un du SNPSP défie le ministre de la Santé d’apporter la preuve de ce qu’il avance. «S’il a une seule preuve que nous sommes dans une démarche politique, qu’il le démontre. En vingt ans d’existence, nous avons démontré que nous sommes respectueux des lois régissant l’activité syndicale. Que Ould Abbès saisisse la justice s’il a des preuves», dit-il, estimant que le ministre de la tutelle continue de faire de la propagande, démentant avoir reçu une invitation officielle à une quelconque rencontre au ministère de la Santé.

http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/05/17/article...

L’Intersyncale de la santé a tenu une réunion, hier en fin de journée, pour «arrêter les lieux et dates du sit-in et de la marche nationale, prévus prochainement». Les praticiens radicalisent, ainsi, leur mouvement. Cela dit, le service minimum est «largement assuré», ont déclaré, tour à tour, le Dr Mérabet et le Dr Yousfi. Décidément, le secteur de la santé sombre dans un coma profond...

http://www.lexpressiondz.com/article/2/2011-05-17/89445.h...

Il menace les directeurs d’être sanctionnés s’ils n’arrivent pas à instaurer le calme dans l’enceinte hospitalière. «Je ne veux plus de bruits dans les cours des établissements, ni de rassemblement. Vous n’avez qu’à user de la force pour les disperser et les empêcher de se réunir», s’est-il adressé à eux. Une instruction que les chefs d’établissement trouvent indécente et inapplicable. «Faire intervenir les forces de l’ordre au sein de l’établissement est interdit et la mission des agents de sécurité se limite à la surveillance des lieux», font-il remarquer.

 http://www.elwatan.com/actualite/ould-abbes-appelle-a-la-...

واتهم من جهته الرجل الأول في النقابة الوطنية للأطباء العامين في الصحة العمومية، الدكتور مرابط الياس، وزير الصحة بشن حملة ''تضليل للرأي العام الوطني والطبي'' الغرض منها ''إضعاف الإضراب وتأليب ملايين المواطنين ضد أصحاب المآزر البيضاء''، وليس هذا فحسب فإن الأمور حسب المتحدث وصلت إلى مرحلة خطيرة تهيمن عليها ''التصريحات والأرقام المغلوطة'' التي قدمها الوزير حول زيادات ''مزعومة'' مثلما يشير مصدرنا في قيمة الزيادة نفسها، وأفضل مثال على هذا حديث الوزير المتكرر عن الزيادة التي ستطرأ على أجر طبيب رئيسي، وهي رتبة غير موجودة حاليا وحتى بعد استحداثها في 2013 لن تكون معنية بالأثـر الرجعي خلافا لتأكيدات الوزير''. 

في سياق متصل، قال الدكتور مرابط بأن تنظيمه سيراسل رسميا رئيس الجمهورية لدعوته إلى فتح تحقيق في الاتهامات التي وجهها لهم الوزير، مفادها بأن للإضراب أغراضا سياسية. وأكد بهذا الشأن على أن الوزير مطالب بتسليم أدلة إلى العدالة حول هذه الاتهامات التي تعد برأيه انتهاكا صارخا للحريات النقابية، ومحاولات صريحة منه لتحريض المواطنين ضد الأطباء المضربين

http://www.elkhabar.com/ar/watan/253620.html

 

  

 


 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.