Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les raisons du boycott ..

Communiqué

Alger, le 04 02 2011

Les syndicats nationaux des Professeurs, Docents et Maîtres assistants en sciences médicales, des Praticiens Spécialistes de Santé Publique et des Praticiens de Santé Publique, ainsi que le Conseil National de l’Ordre des Médecins ont décidé de boycotter la conférence nationale sur la politique de santé et la réforme hospitalière.

Nous, qui sommes très conscients que les changements épidémiologiques, démographiques et socio économiques dans notre pays exigeaient une refonte profonde de notre politique de santé et conscients d’une loi sanitaire devenue obsolète, ne pouvions accepter d’être les complices d’une conférence alibi et nous ne pouvions accepter de faire semblant de discuter de textes que nous n’avions jamais vu.

Nous ne pouvions accepter que de l’aveu même du Ministre de la Santé des commissions aient travaillé pendant des mois pour préparer cette conférence sans que leur travail ne soit rendu publique. Nous ne pouvions cautionner aussi que, pendant qu’on essayait des nous faire croire que l’avis des partenaires sociaux et des institutions ordinales était important, le projet de loi sanitaire 2010 était déjà fin prêt sans aucune concertation. Ce projet aurait été déjà transmis aux plus hautes instances du pays par d’autres institutions.

Nous ne pouvions accepter que malgré tous les combats menés par les syndicats autonomes pour retrouver la place qui leur sied, les pouvoirs publics continuent à privilégier un seul partenaire à savoir l’UGTA. Quelque soit les raisons invoquées nous ne pouvions accepter aussi l’exclusion d’un syndicat agrée (SAP) de cette conférence. Toutes ces raisons expliquent notre décision de ne pas participer à cette conférence et nous demandons qu’un véritable débat, transparent et sans précipitation, sur la base de l’avant-projet de loi sanitaire déjà élaboré, soit initié avec les véritables partenaires sociaux pour une refonte profonde de notre système de santé qui en a grandement besoin. Assises nationales.pdf

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.