Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le SNPSP chez Oueld Abbes

Une délégation du SNPSP a été reçu cet après midi au ministère de la santé. La réunion de travail, présidée par Mr le Ministre de la santé, a permis de relancer les négociations sur les éléments de la plate forme des revendications portée par des milliers de praticiens de santé publique. Le statut particulier, le régime indemnitaire, les entraves à l'activité syndicale, la ponction sur salaire pour motif de grève, ..... ont été au cœur des discussions.

Une 2ème rencontre est prévue pour le mardi 06 07 2010.

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Réaction

قال رئيس النقابة الوطنية لممارسي الصحة العمومية إلياس مرابط بأن "وزير الصحة يمد يده للنقابات، لكن أطرافا مسؤولة في وزارة الصحة تتحرك وراء ظهر الوزير وتريد الإبقاء على أسباب التوتر والخلاف بين الوزارة وممارسي الصحة العمومية الأخصائيين والعامين لأغراض نجهلها، ليس لها أي علاقة بالمصلحة العامة

http://www.echoroukonline.com/ara/national/53533.html

ثمّنت النقابة الوطنية للأطباء الممارسين في الصحة العمومية تصريحات وزير الصحة الأخيرة التي قطع فيها وعدا بتسوية مشاكل الأطباء، معربة عن أملها في أن يمتد التغيير الذي حدث على رأس الوزارة إلى ''قوى الضغط'' الموجودة داخلها مجسدة حسب النقابة في عدد من المديرين المركزيين

http://www.elkhabar.com/quotidien/?ida=211636&idc=55&date_insert=20100613

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Prenons acte !!

evenement&art9&2010-04-03img1.jpgLors des 3es Journées médicales organisées jeudi à Blida par le bureau de la région Centre du Syndicat national des praticiens de la santé publique, Djamel Ould Abbès, nouveau ministre de la Santé, qui a pris part à cette manifestation, a tenu à souligner que le temps des grèves touchant son secteur est révolu.

« Pour moi, les grèves dans le secteur de la santé c’est fini », avant de poursuivre en direction des 450 praticiens présents dans la salle de conférences de l’hôtel militaire : « C’est avec vous que je veux gérer la santé. » Le premier responsable du secteur de la santé a tenté de rassurer le SNPSP, dont son président présent dans la salle, quant à l’ouverture d’un dialogue franc, sincère et constructif pour désamorcer le conflit qui existe entre les praticiens et la tutelle. « J’ai le feu vert du président Bouteflika pour manager le secteur et apporter les solutions qui s’imposent aux problèmes posés », a-t-il insisté. S’adressant à sa « famille d’origine », comme il a tenu à le souligner étant lui-même médecin de formation, le ministre s’est déclaré pour la défense de la dignité du praticien de la santé en lui procurant les meilleures conditions matérielles pour l’exercice de sa noble profession et qu’il ne soit plus sous-payé. « Je suis pour la crédibilité de la profession et pour le principe sacré de la défense des intérêts moraux et professionnels des praticiens », a-t-il ajouté.

Réagissant aux propos du ministre de la Santé, Lyes Merabet, président du bureau national du SNPSP, fera remarquer que même si la déclaration de Ould Abbès en faveur de l’ouverture d’un dialogue avec le partenaire social, il faudrait toutefois rester attentif à un geste plus concret. « Nous avons déposé une demande d’audience sur le bureau du ministre pour des négociations dans les meilleurs délais et dégager une feuille de route afin de sortir avec des solutions concrètes. Nous rappelons que nous avons une plateforme de revendications pendante au ministère de la Santé et que nous avons réitérées lors du conseil national des 26 et 27 mai à Tizi Ouzou », a-t-il conclu.

http://www.elwatan.com/Greve-dans-le-secteur-de-la-Sante,161679

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Wait and see ...

«Les praticiens de la santé publique auront leurs droits»
S’exprimant sur le conflit qui oppose depuis des mois les praticiens de la santé à la tutelle, Ould Abbas a affiché son entière disponibilité à reprendre contact avec les syndicats auxquels il promet que leurs revendications,  «du moins celles qui sont légitimes», seront prises en charge. Actuellement, nous sommes en train d’étudier leurs revendications».

Il ajoutera que «les praticiens auront leurs droits légitimes à 100%». Pour le ministre, qui était médecin pendant 40 ans, – il a tenu à le préciser –, «il faut préserver la dignité de nos médecins et leur offrir les meilleures conditions de travail». Il a promis de les appeler au dialogue dans les meilleurs délais, déclarant que «tout problème a une solution». La dotation du secteur de la santé de 619 milliards de dinars pour le prochain quinquennat «une manne financière unique en Algérie» doit aussi,

selon le ministre, non seulement assurer une meilleure couverture sanitaire mais surtout bénéficier à un degré très important à la prise en charge de la ressource humaine. «Si on ne prend pas en charge l’homme qui gère la santé, on aura rien fait. Même si on construit  10 000 hôpitaux, si on ne s’occupe pas de ceux qui sont dans ces hôpitaux et de leur volonté, on ne prend pas en charge réellement les problèmes du secteur», reconnaît Ould Abbas qui répond ainsi clairement à l’une des récentes doléances des praticiens de la santé publique exprimée lors du dernier point de presse tenu par l’intersyndicale.

http://www.letempsdz.com//content/view/39255/1/

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |