Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Wait and see ...

«Les praticiens de la santé publique auront leurs droits»
S’exprimant sur le conflit qui oppose depuis des mois les praticiens de la santé à la tutelle, Ould Abbas a affiché son entière disponibilité à reprendre contact avec les syndicats auxquels il promet que leurs revendications,  «du moins celles qui sont légitimes», seront prises en charge. Actuellement, nous sommes en train d’étudier leurs revendications».

Il ajoutera que «les praticiens auront leurs droits légitimes à 100%». Pour le ministre, qui était médecin pendant 40 ans, – il a tenu à le préciser –, «il faut préserver la dignité de nos médecins et leur offrir les meilleures conditions de travail». Il a promis de les appeler au dialogue dans les meilleurs délais, déclarant que «tout problème a une solution». La dotation du secteur de la santé de 619 milliards de dinars pour le prochain quinquennat «une manne financière unique en Algérie» doit aussi,

selon le ministre, non seulement assurer une meilleure couverture sanitaire mais surtout bénéficier à un degré très important à la prise en charge de la ressource humaine. «Si on ne prend pas en charge l’homme qui gère la santé, on aura rien fait. Même si on construit  10 000 hôpitaux, si on ne s’occupe pas de ceux qui sont dans ces hôpitaux et de leur volonté, on ne prend pas en charge réellement les problèmes du secteur», reconnaît Ould Abbas qui répond ainsi clairement à l’une des récentes doléances des praticiens de la santé publique exprimée lors du dernier point de presse tenu par l’intersyndicale.

http://www.letempsdz.com//content/view/39255/1/

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.