Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Communiqué n° 03 de l'intersyndicale

Comm n°03 intersyndicale.png

L’intersyndicale des praticiens de la santé  publique dénonce avec vigueur la batterie de mesures répressives qui viennent d’être prises à l’encontre des praticiens grévistes, à travers lesquelles le droit de grève consacré par les lois de la république se trouve bafoué. Cette nouvelle atteinte aux libertés syndicales nous édifie sur l’incapacité des pouvoirs publics à prendre  en charge nos revendications socioprofessionnelles pourtant reconnues légitimes par toutes  les instances aussi bien administratives que politiques approchées durant la grève. Au-delà de l’atteinte aux droits d’une corporation, l’intersyndicale dénonce dans ces mesures une politique de mise à mort programmée de la santé publique, décidée par le gouvernement et mise en œuvre par le ministère de la santé. Ce dernier justifie ces mesures par des décisions de justice qui n’ont jamais été notifiées à ce jour aux syndicats en grève, et par le souci de préserver la pérennité du service public de santé qui n’a jamais été mise en péril par la grève en raison d’un large service minimum.

Par ce fait même, l’allégation d’ « abandon de poste » envers les grévistes qui sont toujours à leur poste pour obligation de service minimum est un mauvais alibi, et contredit la démarche même de la tutelle qui a reconnu la grève par la tenue de réunions de conciliation telles que prévues par la loi.

Compte-tenu de cette évolution, les deux syndicats ont décidé d’appeler à des assemblées générales locales pour décider de l’attitude à adopter par rapport à cette nouvelle situation et ce,  en prévision de la réunion extraordinaire de leurs Conseils Nationaux prévus le 25 mars 2010 pour le S.N.P.S.P et le 26 mars 2010 pour le S.N.P.S.S.P.

Notre cause est juste. Restons unis, solidaires et mobilisés.

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.