Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grèves des praticiens: La Santé dans l'impasse

 

articles-manifestation_651763025.jpg

Sit-in des praticiens de la santé publique devant le ministère de la Santé
ALGER- Le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) et le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) ont organisé mercredi un sit-in devant le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière pour "exiger de la tutelle" la satisfaction de leurs revendications, notamment celles relatives à l'augmentation de salaires. Le sit-in a été organisé, selon ses animateurs, pour "se faire entendre" et appeler la tutelle à "ouvrir la voie du dialogue". Selon les responsables des deux syndicats, MM. Mohamed Yousfi (SNPSSP) et Lyès Merabet (SNPSP), ce rassemblement se tient après des semaines de grève ouverte, pour "revendiquer nos droits conformément aux lois de la République et le statut de la fonction publique".
http://www.aps.dz/fr/welcome.asp

AFP / 10/02/2010 | Mise à jour : 13:04

Plusieurs centaines de médecins, pharmaciens ou dentistes du secteur public se sont rassemblés mercredi devant le ministère de la santé à Alger, plus d'un mois après le début d'une grève lancée notamment pour la révision de leur statut, a constaté un journaliste de l'AFP. Les adhérents du syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), qui regroupe les généralistes et du syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), observent une grève depuis respectivement le 24 décembre et le 4 janvier, tout en assurant les urgences, le suivi des malades chroniques ou les gardes dans les hôpitaux publics. Ils réclament notamment la révision de leur statut particulier, l'ouverture de discussions sur le régime de leurs indemnités, ou l'octroi d'un quota de logements de fonction, selon le Dr Mohamed Yousfi, président du SNPSSP. Le secteur de la santé publique emploie quelque 30.000 médecins dont 8.500 spécialistes, a-t-il précisé à l'AFP, en estimant à près d'un millier le nombre des manifestants, la plupart vêtus de blouses blanches. Les deux syndicats affirment que les pouvoirs publics n'ont pas respecté un accord sur leur statut en promulguant un texte différent de celui qui avait été négocié entre les deux parties et qui assurait à ces praticiens une évolution de leur carrière.
"Nous avons droit à un minimum d'égards vu notre cursus universitaire, alors qu'un jeune spécialiste commence à peine à 50.000 dinars par mois (moins de 500 euros) sans réelle évolution de carrière puisque son salaire n'atteindra jamais les 1.000 euros, à moins d'être chef de service", a dit à l'AFP une médecin spécialiste gréviste. La grève est suivie par les adhérents de ces syndicats dans les hôpitaux publics de plusieurs grandes villes du pays, à l'exception des centres hospitaliers universitaires (CHU). La manifestation, encadrée par un important service d'ordre, s'est déroulée dans le calme.

 

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.